Tous les prix:

2022 Kofi Annan Courage in Cartooning Award

Vladimir Kazanevsky, Ukraine

Gàbor Pàpai, Hongrie

Genève, Suisse, 3 Mai, 2022

A l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, le 3 mai 2022, et de la remise du Prix international du dessin de presse 2022, la fondation Freedom Cartoonists et la Ville de Genève ont convié le public à un événement exceptionnel : une conférence des lauréats du Prix Nobel de la Paix 2021, les journalistes Maria Ressa, fondatrice du site d’information Rappler aux Philippines, et Dmitry Muratov, rédacteur en chef du journal indépendant Novaïa Gazeta à Moscou. Ils ont remis le « Kofi Annan Courage in Cartooning Award » 2022 de la Fondation à nos lauréats, Gábor Pápai de Hongrie et Vladimir Kazanevsky d’Ukraine.

Se sont également exprimés: Michelle Bachelet, Haute-Commissaire des Nations unies pour les droits de l’homme, Simonetta Sommaruga, ministre suisse de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication, Sami Kanaan, ministre de la culture de la ville de Genève, et Patrick Chappatte, dessinateur de presse et président de la Fondation.

Les laureats

Vladimir Kazanevsky, Ukraine

Dessinateur emblématique d’Ukraine, Vladimir Kazanevsky travaillait dans son studio le 24 février, tôt le matin, lorsqu’ il a entendu de fortes explosions près de l’aéroport. Son épouse et lui se sont retrouvés à l’Ouest de l’Ukraine, avec la cohue catastrophique de familles fuyant les bombardements. Ils décidèrent de passer la frontière polonaise, jusqu’à Presov, ville de Slovaquie abritant une communauté d’artistes.

Privé de son matériel de dessin laissé à Kiev, de ses catalogues et de ses livres, Vladimir Kazanevsky a continué à dessiner sans relâche : Poutine en action, sur un tank ou à la proue du Titanic. « Les autocrates et les dictateurs ont peur de nos cartoons et ils ont raison parce que nos dessins sont des armes en marche », dit-il.

Farouchement déterminé à poursuivre le combat contre l’agression russe, à 71 ans, il considère son travail comme un acte de résistance. Une défense de la liberté d’expression contre la propagande de guerre.

Gàbor Pàpai, Hongrie

Depuis plusieurs années, le dessinateur hongrois Gàbor Pàpai et son journal Népszava – seul quotidien d’opposition encore en vie à Budapest – font l’objet d’attaques et de procédures judiciaires de la part des autorités – au sein même de l’Union européenne !

La religion catholique, la lutte contre le covid ou plus simplement l’Histoire hongroise sont autant de prétextes à des poursuites dans un pays figurant en 2021 au 92e rang du classement mondial de la liberté de la Presse par Reporters Sans Frontières (RSF). Une position honteuse qui ne cesse de se dégrader depuis que Viktor Orbán en est devenu Premier Ministre, mettant tous les médias indépendants en grande difficulté. Certains comme Népszava sont directement menacés de disparition. Gàbor Pàpai, loin de se laisser intimider, continue à observer et dessiner la vie politique en Hongrie.

Maria Ressa

“Un moment existentiel pour la démocratie”

Dmitry Muratov

“Sans médias libres, il n’y a pas d’avenir”

Simonetta Sommaruga

“À ceux qui risquent leur vie pour nous informer”

Communiqués de presse et Médias

Prix International du dessin de presse de la Ville de Genève 2018

Musa Kart, Turquie

Prix International du dessin de presse 2016

Zunar, Malaisie
Gado, Kenya

Prix International du dessin de presse de la Ville de Genève 2014

Hani Abbas, Syrie et Palestine
Doa Eladl, Egypte

Prix International du dessin de presse de la Ville de Genève 2012

Firoozeh, Hassan Karimzadeh, Mana Neyestani & Kianoush, Iran