La Freedom Cartoonists Foundation et la Ville de Genève ont le plaisir de vous annoncer les lauréats 2022 du Prix international du dessin de presse « Kofi Annan Courage in Cartooning Award ».

Remis depuis 2012, ce prix récompense à l’occasion de la Journée Mondiale de la Liberté de la Presse le 3 mai, tous les deux ans, le talent et le courage de dessinatrices et dessinateurs de presse pour leur travail dans des conditions et contextes difficiles. Le Prix rend hommage à leur contribution exceptionnelle en faveur des droits humains et de la liberté d’expression. Il est doté cette année de 15’000 CHF. L’édition 2020 avait dû être annulée en raison de la crise sanitaire.

Le jury était composé de Kenneth Roth, Human Rights Watch (président), Sami Kanaan, Ville de Genève, de la dessinatrice Ann Telnaes (USA) et des dessinateurs Kak (France, président de Cartooning for Peace) et Chappatte (Suisse, président de Freedom Cartoonists).

Les lauréats 2022 sont les dessinateurs Vladimir Kazanevsky d’Ukraine et Gábor Pápai, de Hongrie

« Nous sommes particulièrement fiers de leur remettre cette année notre Prix international du dessin de Presse, le “Kofi Annan Courage in Cartooning Award”, en présence des deux éminents journalistes co-lauréats du Prix Nobel de la Paix, Maria Ressa et Dmitry Muratov, avec qui ils ont en commun le sens de la justice et la volonté de résister. Chez les dessinateurs, ce combat passe par un art qui a le pouvoir de montrer le roi nu et l’autocrate dans toute sa brutalité » a déclaré Patrick Chappatte, président de la Freedom Cartoonists Foundation.

Vladimir Kazanevsky, Ukraine

Dessinateur emblématique d’Ukraine, Vladimir Kazanevsky travaillait dans son studio le 24 février, tôt le matin, lorsqu’ il a entendu de fortes explosions près de l’aéroport. Son épouse et lui se sont retrouvés à l’Ouest de l’Ukraine, avec la cohue catastrophique de familles fuyant les bombardements. Ils décidèrent de passer la frontière polonaise, jusqu’à Presov, ville de Slovaquie abritant une communauté d’artistes.

Privé de son matériel de dessin laissé à Kiev, de ses catalogues et de ses livres, Vladimir Kazanevsky a continué à dessiner sans relâche : Poutine en action, sur un tank ou à la proue du Titanic. « Les autocrates et les dictateurs ont peur de nos cartoons et ils ont raison parce que nos dessins sont des armes en marche », dit-il.

Farouchement déterminé à poursuivre le combat contre l’agression russe, à 71 ans, il considère son travail comme un acte de résistance. Une défense de la liberté d’expression contre la propagande de guerre.

Gábor Pápai, Hongrie

Depuis plusieurs années, le dessinateur hongrois Gábor Pápai et son journal Népszava – seul quotidien d’opposition encore en vie à Budapest – font l’objet d’attaques et de procédures judiciaires de la part des autorités – au sein même de l’Union européenne !

La religion catholique, la lutte contre le covid ou plus simplement l’Histoire hongroise sont autant de prétextes à des poursuites dans un pays figurant en 2021 au 92e rang du classement mondial de la liberté de la Presse par Reporters Sans Frontières (RSF). Une position honteuse qui ne cesse de se dégrader depuis que Viktor Orbán en est devenu Premier Ministre, mettant tous les médias indépendants en grande difficulté. Certains comme
Népszava sont directement menacés de disparition. Gábor Pápai, loin de se laisser intimider,continue à observer et dessiner la vie politique en Hongrie.

Les lauréats 2022 sont exposés sur le quai Wilson jusqu’au 31 mai 2022. L’exposition, riche de 60 dessins de presse rassemblés par la fondation suisse Freedom Cartoonists en partenariat avec le réseau Cartooning for Peace (Paris) et Cartoonists Rights Network International (USA), et choisis par le curateur Patrick Chappatte, décline trois thèmes d’actualité : « la guerre en Europe », « une vie de COVID » et « le climat, c’est chaud ! ».

Le Prix biennal international remis à Genève alternera désormais avec le “Robert Russell Courage in Cartooning Award” remis aux États-Unis par l’ONG Cartoonists Rights Network International, partenaire de la Fondation suisse. Les deux organisations souhaitent ainsi renforcer la reconnaissance du dessin de presse dans le monde.